mercredi 30 avril 2014

Une bouffée d'Ermite avec Frère Antoine


Quand j'ai voulu

Quand le temps fut venu pour moi de quitter la solitude et que je décidai de retourner parmi les hommes, voilà que les hommes se sont mis à monter à ma solitude.

Quand je suis parti chercher du pain, j’ai rencontré un homme qui venait à moi avec un gâteau. Quand je suis descendu chercher du chou, un barbu montait avec de la choucroute.

Le jour où j’ai commencé à écrire une page sur la béatitude, un écrivain est venu me dédicacer son livre sur le bonheur infini.

Quand j’ai voulu partir pour embrasser mes neveux, des enfants sont arrivés de partout qui m’ont appelé père en posant une bise sur ma joue.

© Frère Antoine, « Une Bouffée d’ermite ».

mardi 29 avril 2014

L'homme cercle et la joie


Humour et joie de tracer un cercle d'homme...



lundi 28 avril 2014

Du code barre au champ libre...


Sortir des codes de souffrances qui nous barrent le chemin 
pour de nouveaux champs à moissonner...

dimanche 27 avril 2014

De l'humanité de Lascaux à Rumi... par Jean-Marie Le Clézio

J’ai été ébloui par ce que je voyais : des êtres vivaient là il y a plus de 15000 ans, combattaient les ours des cavernes, les lions des montagnes, peignaient avec leurs doigts dans une semi-obscurité avec tant de force et de vérité. J’aime l'idée que l'humanité soit si ancienne...

Giono disait qu’il fallait s'étonner de voir le lièvre bondir par-dessus la haie, parce qu’aucun être humain n’est capable d’un tel exploit. S’étonner aussi du rythme auquel bat le cœur d’un oiseau quand il vole. Alors, étonnons-nous, et n’allons pas trop vite...

...Dans mon enfance, j’ai été entouré de personnes qui étaient très croyantes. J’ai donc eu une solide formation religieuse. C’est quelque chose que l’on n’oublie pas. Et quand j'ai découvert le soufisme en lisant Ibn Arabi et surtout Rumi - incroyable écrivain - j'ai été vraiment séduit : parce que c’est presque un jansénisme, une religiosité dépouillée de tout. Il n’y a rien d’autre que le contact qu’on peut avoir avec Dieu. Pas d’intermédiaire. Même pas de prière. Juste cette relation, cette communion qui se fait à travers la beauté du monde et l’amour que l’on a pour les êtres humains. La lecture de Rumi m’a changé et beaucoup apporté. J'ai trouvé quelqu'un qui parlait la langue que j'espérais entendre. Et étonnamment, ce message qui s'adresse à l’islam peut être lu parfaitement par les chrétiens et les shintoïstes du Japon. La langue si inspirée de Rumi y est sans doute pour quelque chose : on a l'impression qu'elle est dictée, qu’il est habité. J’irai un jour à Konya en Turquie visiter son tombeau.

Jean-Marie Gustave Le Clézio 
(source La Vie)

samedi 26 avril 2014

vendredi 25 avril 2014

ça marche avec Axel Kahn

D'une certaine façon, même si c'est un peu sot de répondre ainsi, je cherchais le bonheur en côtoyant la beauté. Voilà ce qui était central. J’aime la beauté faite de main d’homme, mais je suis très attaché à la beauté de la nature, aussi roide et nue que possible. Elle m’est indispensable.

À six mois de la fin de mon mandat de président de l’université Paris-Descartes, je me suis demandé ce que j’allais faire après : me représenter ? Faire de la politique ? Être conseiller dans un cabinet ministériel ? Aucune de ces perspectives ne m’enthousiasmait vraiment. Ce que je désirais le plus, c’était de prendre le chemin. J’ai eu une vie très active pendant très longtemps, avec des postes à responsabilités - à même pas 40 ans, je dirigeais un laboratoire de 120 personnes ; et ça a fini par une université de 40000 étudiants et 5000 salariés. Une vie donc où une grande partie de votre journée est occupée à réagir aux sollicitations des autres. On réagit plus qu’on agit. On ne pense pas pour soi. Je me suis souvenu d’une rencontre que j’avais faite au début des années 1980, en randonnée avec un groupe d’amis au puy de Sancy.

J’avais aperçu un matin la silhouette allongée d’un vieux monsieur avec ses deux cannes anglaises posées à côté de lui, enveloppé dans sa couverture de survie, qui s’était fait prendre par le mauvais temps la veille au soir. Je lui avais posé cette question absurde : - Qu’est-ce qu'un homme dans votre état peut bien faire, ici ?» Il m’avait rétorqué : - Eh quoi, vous voudriez que je sois dans un hospice à quémander le pistolet et le bassin ? Chacun d'entre nous choisit sa vie. » Ça m'a marqué. En prenant le chemin, je ne répondais à la sollicitation de personne, je choisissais ma vie.

...Je voulais trouver une situation optimale pour consacrer à la pensée l’essentiel de mon temps. Et pour parvenir à cela, la marche est un moyen qui a peu d'équivalents. « Je est un autre », disait Rimbaud. Et on a rarement l’occasion d être en tête à tête avec cet autre. Quand vous marchez sur des centaines de kilomètres, seul, vous êtes vraiment face au personnage singulier qui est ce «je ». Et ce dialogue avec lui est ce qu’on appelle la pensée. C’est ce bonheur que je suis d’abord allé quérir, mais avec le désir profondément humaniste de trouver le moyen de partager. Il y a un proverbe gitan que j’apprécie : « Tout ce qui n'est pas partagé est perdu. » Je ne supporte pas une certaine mode actuelle du développement personnel, qui n’est pas une manière de s’enrichir pour donner, mais plutôt une forme du nombrilisme le plus mesquin. La seule justification de mon enrichissement durant le parcours, c’était le partage.


Je n’ai pas la chance d’avoir la foi. Si la quête de la beauté, de la rencontre de l’autre et du partage fait partie d’une sorte de quête spirituelle, alors oui. Par ailleurs, il y avait pratiquement dans mon désir de me mettre en route une démarche mystique : au moment de partir, je n’envisageais pas qu’il puisse y avoir un après. J’étais tellement dans la réalisation de mon projet que je ne voulais pas envisager ce que je ferais ensuite. Une fois parti, je me suis retrouvé totalement dans le présent, libre. D'une liberté totale, complète, absolue. Ce sentiment m’a submergé. J’ai vécu dans cette atmosphère d’allégresse où vous ne désirez rien d’autre que de persévérer dans ce que vous faites, que de rester là où vous êtes. Qu’il vente, qu’il pleuve, même si cela peut de loin sembler masochiste...

Et pourtant, malgré l’un des printemps les plus pourris du siècle, malgré toutes les anicroches et les accidents de parcours, mon enthousiasme et mon bonheur n’ont guère connu d’exception, en dehors d’une journée où mes pieds se sont retrouvés dans un très triste état...

Marcher permet de tout voir, en effet, et de se confronter à la réalité du pays. Les gens avaient des choses à me dire et à me demander : comment notre région peut-elle s’en sortir, etc. ? Comme je suis parti des Ardennes, j'ai commencé par du lourd. Et cela m'a suivi pendant les deux tiers de mon parcours. Dans toutes les régions jadis industrialisées que j'ai traversées, il y a une grande souffrance. J’ai entendu ce terrible « ils nous ont tout pris ». Les gens ont l’impression d’être abandonnés et qu’on leur en veut, que leurs valeurs sont l’objet d’un opprobre, d’une agression permanente de ces forces obscures, ce « ils », ce « on » qui conduisent vers un avenir encore pire qu’un présent que l'on rejette. Alors cela induit un sentiment de sécession et un positionnement réactionnaire inquiétant. Puisque seul le passé est considéré comme avoir été bon. Aux experts qui nous présentent l'économie à travers l’évolution de paramètres macroéconomiques comparés, de pays en pays, d’hôtel de luxe en hôtel de luxe à travers le monde, je propose de tailler un bâton et de se mettre en route avec moi pour se confronter à la réalité.

Axel Kahn 
son blog
source : La Vie

mercredi 23 avril 2014

lundi 21 avril 2014

L'éternité d'un regard par Philippe Mac Leod

La terre entière est une boule de présence, sa courbe la réfléchit, la rayonne avec douceur, d'un influx inaperçu : miroir, peau frémissante, voile tremblant d’une présence plus secrète, le jour en donne l'éclat et la nuit sa profondeur. Je vis, mais je prends si peu conscience de l'immensité qui palpite, en ses moindres détails, comme la plus petite branche de l’arbre élancé au bout du chemin, l'herbe menue à mes pieds, la fleur naïve des talus, en sa démesure aussi, avec le bleu, le vertige de l’étendue, le picotement des étoiles.

Il me suffit, un court instant, d'être seulement plus attentif à cette présence, comme en un pas suspendu, pour entrer en contact avec une présence plus grande et plus troublante. Le monde visible, ce coin d'univers où nous respirons sans le savoir, où nous recueillons la lumière sans nous émouvoir, recèle comme un souffle, un battement, comme si Dieu lui-même ne cessait de lui être présent, comme si toute la vie qui l’anime n’aspirait qu’à communiquer cette présence.

Il vient, nous dit l’Apocalypse, parlant du Vivant, du Ressuscité, le Premier et le Dernier. Et en effet il ne cesse de venir, d’advenir, il est là, il vient, il s’approche, tout l’air est son haleine, la masse des arbres son épaisseur, l’océan son emprise, quand roule la vague, courant d’une main incertaine qui disparaît sous les sables.

Chaque heure est la sienne, gorgée de l’éternité qui fait le temps, chaque jour est son imminence, chaque instant, chaque seconde porte une plénitude dont le cœur seul connaît la portée. L’espace même, dès que nous en prenons la mesure, dès que notre conscience comme une aile le recouvre, le devient pour ainsi dire, semble s'animer. L’air, qui n'est pas un vide, se fait conducteur, la distance, rayonnement, lien, murmure. Ma présence au monde rejoint la présence de Dieu à chaque vivant, à travers cette existence, cette miraculeuse instance d’un équilibre toujours périlleux, de présence à présence, de cœur à cœur, de cet envers des apparences à cet envers que je suis en mon esprit.

Le silence, comme les anges, passe les murailles, il loge au-dehors comme le silence, comme les anges, passe les murailles, il loge au-dehors comme au-dedans, il voyage, se déplace sans bruit, dans l'espace qui est au-dedans comme au-dehors. Cet infini sans bords ni rêves, sans heures ni rives, que je perçois à travers le ciel qui s'étire, ne fait qu’ouvrir cet infini d’intensité que je sens se ramasser en un foyer, un point vibrant au plus loin de moi-même. Comme en miroir, ils se répondent, et c’est ce dialogue vivant, secret, qui fait le monde.

L’éternité colore la paix de cet instant qui en dessine la trame, les contours vagues, la forme à venir. Elle porte en elle, comme un enfant, comme dans les peintures anciennes les détails finement ciselés de la Jérusalem céleste, ce clair vallon que j’aperçois au loin, à l’écart de tout, et qui affirme d'une voix claironnante l'unique actualité de la présence.

Non, l’éternité n’est pas si loin. Elle épouse les rondeurs de cette plénitude, sa brillante transparence. Le monde ne lui est pas étranger. Depuis l’origine, il a sa place en elle. Il nous la transmet, par gouttes infimes. Et le regard que je pose aujourd'hui sur lui, dans la clarté d'un rayon, a déjà tout de l'éternel, bien plus que le ruissellement de l'astre d'en haut, non seulement la lumière qui éclaire, mais celle qui tremble, celle qui traverse toutes choses, la matière comme la chair.

Philippe Mac Leod
(source La Vie) 

dimanche 20 avril 2014

Au cœur de la Pâque




Dimanche de Pâques : Accueillir la résurrection

Ce que vit Jésus

Au matin de la Résurrection, le Christ passe du séjour des morts au Père, c'est-à-dire à la vie éternelle. La Résurrection est une transformation, une transfiguration qui nous signifie que la vie ne peut mourir. Cet événement, cette Pâque survient avec une totale gratuité, de façon inattendue. Jésus manifeste que cette Résurrection est une réalité.

Ce que j'en fais

La Résurrection dont il est ici question est différente de celle qu'a vécue Jésus. Il est passé dans un autre monde alors que je parle ici des résurrections que nous vivons dans le quotidien de nos existences ; elles ont lieu au sein de notre humanité (cœur, vie psychologique, corps).
Nos limites ne disparaîtront pas car elles font partie de la condition humaine. Nous ne guérirons jamais d'avoir des limites. Mais nous apprenons à les connaître, à les gérer, à nous situer par rapport à elles. L'Esprit-Saint nous fera découvrir notre mesure spécifique, nous apprendra à la déployer.
Le sens de la Résurrection est que ce qui était mort en nous, ou à moitié mort, revient à la vie. Il nous appartient de laisser Dieu accomplir en nous et avec nous le travail de résurrection, qui pourra se manifester de diverses façons. Un pardon qui libère notre cœur, l'acceptation de l'autre dans sa différence, un nouvel élan vital, la délivrance d'un lien qui brouillait une relation, une joie très profonde.

 Alors sommes-nous prêts à nous abandonner à celui qui fait toutes choses nouvelles ?


Simone Pacot


samedi 19 avril 2014

Vivre Pâques tous les jours avec Marie Cénec




1. Consentez à ce qui est

Dans la sainte Cène comme dans Pâques, la lumière et l’ombre cohabitent. Il n’y a pas de Résurrection sans vendredi saint et vice versa. Il s’agit donc de réconcilier les opposés en acceptant qu’au sein d’une même journée il y ait de la joie, mais aussi peut-être de la tristesse et des difficultés. Tentez de sortir de ce fantasme d’un quotidien qui serait parfait. Cela  n’existe pas. Faites avec ce qui est et tentez d’accepter ce qui advient. Pâques est une traversée, tout comme notre vie. Pâques, c’est aussi ouvrir son regard sur d’autres réalités, invisibles. Faites confiance à vos forces de relèvement, parfois insoupçonnées. Au-delà de la mort et de nos morts symboliques subsiste la vie.

2. Participez à votre relèvement

Choisissez de célébrer la vie dans votre journée, dans les petites choses du ­quotidien. Cela peut se traduire par un sourire que l’on va adresser à quelqu’un, par la contemplation d’un bouquet de fleurs, par le rangement de son logement… Le respect et l’amour de la vie transparaissent dans tout ce que l’on fait autour de nous et dans le soin que l’on se porte. Ressusciter, c’est se mettre debout, chaque matin, dans la conscience de notre verticalité, qui est tant spirituelle que corporelle : en prenant soin de mon corps (en faisant du sport, des exercices de respiration…), j’honore la vie qui est en moi.

3. Reconnaissez les symboles de Pâques

Le cierge pascal représente l’aube, cette lumière se rallumant chaque matin sur nos vies. Lorsque certaines nuits sont difficiles, n’oubliez pas qu’elles sont toujours suivies d’un matin, éclairé par une lumière nouvelle. Vivre, c’est brûler. Les bougies sont un symbole fort de Pâques : en faisant craquer une allumette, je redonne vie à la bougie et à ma propre existence.
Marie Cénec

Samedi saint : S'ouvrir en profondeur

Ce que vit Jésus

Jésus-Christ a traversé le mal jusqu'au bout, jusque dans sa chair. Au mal, il a répondu par le bien, à la haine par l'amour des ennemis, à la rancune par le pardon, à la trahison par la fidélité au Père. Avec Jésus qui meurt en totale liberté intérieure, la Lumière luit dans les ténèbres, et l'œuvre de Dieu s'accomplit au cœur même de l'épaisseur de notre humanité, de notre chair, de l'ensemble de notre action.
Le samedi saint est le jour de la « descente aux enfers ». Des icônes représentent le Christ tirant Adam et Ève avec force et peine, du séjour des morts. En effet, nous opposons souvent beaucoup de résistance au retour à la vie.

Ce que j'en fais

Sur le plan personnel, les enfers, ce sont ces lieux intérieurs dont Dieu est absent, ces parts de nous-mêmes qui se sont construites à l'abri de sa Lumière. « Je frappe à la porte... si quelqu'un ouvre ... j'entrerai » (Apocalypse 3, 20), nous dit le Christ. Il nous appartient de lui ouvrir toutes grandes les portes de notre être pour qu'Il vienne illuminer et sauver ces parts d'ombre.
C'est l'entièreté de notre humanité : cœur profond, psychisme (sentiments, émotions, souffrance, violence cachée, haine, ressentiment, honte, fantasmes, relations), corps, qui doit lui être ouvert. Le risque est de ne lui ouvrir que trop superficiellement notre être. Pour l'éviter, il importe d'avoir décelé notre zone en souffrance et de la nommer. Mettre des mots est essentiel, cela impulse une dynamique. Êtes-vous capables de nommer ce que vous ouvrez au Christ ? Auriez-vous peur de retrouver la vie ? Pourquoi ?
Simone Pacot


vendredi 18 avril 2014

L'absolu à fleur de terre avec Marie Cénec

...Toute mon enfance, puis durant mon adolescence, la foi a été un lieu de ressourcement, en particulier lorsque ma place d’aînée dans une fratrie de cinq enfants me contraignait à des responsabilités prématurées. Je me posais aussi beaucoup de questions existentielles : quel est le sens de la vie ? Pourquoi la souffrance ? Et Dieu dans tout ça ? Pas à pas, l'angoisse de vivre s’est mue en apaisement : c'est comme si une graine de paix avait éclos en moi, prenant petit à petit de plus en plus de place. Une véritable conquête d’un espace de liberté intérieure.

«Ne crains pas, crois seulement »
Cette phrase de confiance m’a bouleversée. Je l’ai entendue à l’âge de 15 ans de la bouche d’un pasteur pentecôtiste. « Va de l’avant », « N'aie pas peur de vivre », voilà ce qui vibrait en moi. Si je me disais croyante, je n'en étais pas moins un peu allergique aux églises. Non baptisée, je vivais ma foi seule, dans un cœur à cœur direct avec Dieu. Mais ce jour-là, j’ai soudainement eu envie d’être à la place de ce pasteur, face et avec les personnes présentes. Le désir de transmettre cette foi vivante qui m’animait, de prêcher, est né à ce moment-là.

L’absolu à fleur de terre. Voilà comment je qualifierais ma vie spirituelle. Entière de tempérament, j’ai dû peu à peu réviser mes exigences, envers moi-même, les autres et le monde, pour y poser un regard plus doux. Avant cela, il m’a fallu partir en guerre, aller au bout de mes questionnements. Sur la souffrance et certains sentiments d’in-justice, sur mes incapacités et mes faiblesses. Ce combat a aussi été vécu dans la maladie. À 25 ans, j’ai eu une grave thrombose-j’en porte aujourd’hui encore des séquelles. Confrontée à ma finitude, j’ai réalisé que je ne pouvais pas tout faire comme je le voulais et qu’en moi pouvaient cohabiter vulnérabilité et vitalité.

J’ignore à quel point l'expérience de la maladie a contribué à mon désir d’être pasteure, mais la question a refait surface, après la première intuition de mes 15 ans. Encore une fois, je devais me frotter à mes résistances : « Pasteure, c’est tout de même pas classique ! » « Auras-tu les épaules pour porter cette responsabilité ?» « Vas-tu toujours assumer le prêche de paroles te paraissant parfois un peu “folles” ou mystérieuses ?» « Vas-tu toujours avoir l’énergie pour vivre cette “intranquillité paisible” qu’est la foi ? » D’un autre côté, mener une petite vie confortable et lisse ne me correspondait pas. Je me suis donc engagée sur la voie du ministère. Au bout d’une semaine de stage pastoral, j’étais conquise.


Porter une parole au cœur du monde, la faire vivre inlassablement dans les grandes et petites choses du quotidien, voilà le sens que je veux donner à ma vocation de pasteure. Je crois en une Parole incarnée, celle qui descend dans le cœur, en se frayant un chemin dans le corps. Un corps, des émotions, une intelligence qui peuvent être réconciliés, unifiés. C’est ce que j’expérimente dans mon atelier « Évangile en pleine conscience », que j’anime à l’Espace Fusterie, un centre spirituel et culturel situé en plein cœur de Genève. Lors de cette session hebdomadaire d’une durée de 45 minutes, j’invite les fidèles ou curieux d’un jour à se réapproprier la Parole autour de trois temps : la prise de conscience de son corps et de sa respiration, la méditation de la Parole et enfin la prière. Trois temps d’harmonisation du corps et de l’esprit pour une disponibilité à soi, à la Parole et à l’autre.

Une harmonisation intérieure que je m’évertue à cultiver autour de moi, en particulier dans les lieux où je travaille. Je crois en effet que le soin apporté à son environnement est vecteur d’apaisement et de ressourcement. De jolis coussins, une douce lumière, un agréable fond musical... mais aussi des symboles, comme des bougies, nous rappellent que nous sommes appelés à vivre la beauté et l’éclat de Pâques. Tous les jours.

Marie Cénec 
(source La Vie)

Vendredi saint : Se situer face à la souffrance

Ce que vit Jésus

Après avoir fait flageller Jésus, Pilate le livre aux grands prêtres pour être crucifié (Marc 15, 15). Cette mort en croix demeure pour nous chrétiens un événement central. C'est pourquoi, à la suite de grands théologiens, comme le cardinal Ratzinger devenu Benoît XVI, nous devons en comprendre la juste signification pour éviter de tomber dans des logiques mortifères. Que veut-on dire en affirmant « le Christ est mort pour nous » ? Faut-il comprendre que « le sang de Jésus est le prix d'une dette exigée par Dieu en compensation de l'offense infligée à son honneur par le péché des hommes ? » Le Père aurait-il obligé son Fils à mourir pour être vengé du péché de l'humanité ? A-t-Il programmé le supplice et la mort de Jésus ? Non, le Père ne veut pas la mort de Jésus ! L'œuvre de mort vient des hommes, l'œuvre de vie vient de Dieu. Le christianisme n'introduit pas la souffrance et la mort, mais il les prend en compte parce qu'elles existent. Le Christ nous précède et nous permet de les traverser par et avec Lui. Ce qui rachète et libère, ce n'est pas la souffrance du Christ en elle-même, c'est qu'au cœur d'une intense souffrance physique, morale, d'une tristesse insondable, de l'abandon, la trahison, l'échec, il demeure un homme pleinement vivant, espérant, aimant, toujours relié au Père, alors même qu'il traverse un désert intérieur.

Ce que j'en fais

Nous avons à notre tour à nous situer consciemment face à la souffrance. Car, ayant choisi un chemin de vérité, nous la rencontrerons, par le seul fait, déjà, de renoncer à des habitudes, des types de relations auxquelles nous étions accoutumés, mais qui ne nous menaient nulle part. Comme le soulignait mon ami le père Xavier Thévenot, la souffrance peut écraser, isoler, épuiser les forces vives de la personne. Nous avons donc à la combattre, non à la rechercher, ce qui serait violer la première loi de la vie. Mais lorsqu'elle est là, nous devons la vivre de telle façon qu'en jaillisse de la vie. Doit-on, dès lors, « offrir ses souffrances », comme on le disait souvent ? Ce que l'on a à offrir, c'est notre choix de la vie dans une situation de souffrance, non notre souffrance en elle-même. Ce qui importe, c'est donc la façon dont, guidés par l'Esprit-Saint, nous allons mobiliser nos ressources, pour inventer de nouvelles façons d'être, pour donner quand même un sens à notre existence.

Que signifie « porter sa croix » ?

Les Pères de l'Église interprétaient la croix en s'attachant à la direction de ses branches. La verticale représente le Verbe, la Lumière, l'Esprit-Saint, la grâce. L'horizontale, la terre, la chair, la matière, l'être humain. À l'intersection des deux se trouvent Jésus le Christ, le médiateur, le rédempteur qui permet qu'un bien émerge d'un mal. Porter sa croix pourrait ainsi signifier consentir à ce que le Verbe illumine notre chair. Nous avons alors à sortir de notre verrouillage intérieur pour accueillir l'Amour et la Lumière, c'est-à-dire la vérité sur nous-mêmes. C'est le début d'un chemin de remise en ordre, de restauration, en Christ, dans le souffle de l'Esprit-Saint, pour vivre pleinement notre dignité d'enfant de Dieu appelé à faire advenir le Royaume.

Simone Pacot

jeudi 17 avril 2014

Jeudi saint : l'acceptation


Ce que vit Jésus
Comme nous, Jésus s'est trouvé à un moment au pied du mur. Face aux intentions meurtrières des chefs de la synagogue, il a eu le choix entre deux options de vie : édulcorer le message que lui avait confié le Père, se cacher, essayer de se faire oublier, pour sauver son existence ; ou aller au bout de sa mission en courant à une mort certaine.
Son choix est clair. Dans une totale foi et confiance au Père, dans un amour passionné pour les êtres humains qu'il est venu libérer, éveiller, ramener au Père, il choisit de continuer. Par ce choix, il nous a aimés jusqu'au bout.
Ce dernier soir se divise en deux temps. D'abord, le repas paisible et grave. C'est le temps de l'acceptation de l'inéluctable, mais non de la résignation. Il demeure éminemment actif. Il invente l'eucharistie et enseigne ses disciples.
Puis, il y a le moment dramatique du jardin des Oliviers. Jésus se montre vulnérable. Il vit une tristesse insondable. Il nous signifie que l'on peut vivre dans une grande angoisse, tout en étant profondément relié au Père, apparemment absent.
Toutefois le Père, au cœur de ce désert intérieur, lui envoie un ange pour le fortifier. L'énergie revient alors : « Allons ! », s'exclame Jésus (Marc 14, 45).

Ce que j'en fais

Nous sommes invités en ce jeudi saint à accepter ce que nous ne pouvons éviter. Nous regardons en face la réalité de notre vie. Cette acceptation peut s'accompagner d'un long et douloureux travail de deuil. Mais s'il est vécu dans la grâce du Christ et le souffle de l'Esprit, il va remettre la Vie en route.
Car cette acceptation n'est pas résignation. Elle s'accompagne au contraire d'un « oui » à la vie. Il ne s'agit pas de détruire notre famille parce que l'on prend conscience que la relation à notre conjoint n'est pas juste. Nous avons à chercher comment faire jaillir la vie de notre situation présente.
Nous ne sommes pas omnipotents, mais nous avons toujours une marge d'action. Une petite initiative, insignifiante en apparence, peut avoir la vertu de rouvrir en nous la source. On peut, par exemple, se demander ce qui nous donne un sentiment de paix et de joie dans notre vie quotidienne. On va dès lors s'organiser pour réserver un quart d'heure chaque jour à cette activité, à cette rencontre...
Cette disposition d'acceptation pacifie peu à peu notre cœur, même si la douleur et la détresse ne disparaissent pas. Elle permet à la grâce de faire germer cette graine de vie mystérieusement présente en nous.
Simone Pacot

Au service de... avec Chandra Swami


lundi 14 avril 2014

Deux écrivains pour une présence


Pierre Rabhi et Jean-Marie Le Clézio nous offre une présence exemplaire au monde. 
Voici les extraits choisis de la suite de l'émission présentée hier sur ce blog.




dimanche 13 avril 2014

vendredi 11 avril 2014

Pratique méditative avec Jacques Castermane

Le sens de la pratique méditative est l’éveil à notre propre essence, cette part de nous-mêmes que Durckheim appelle: notre être essentiel. Que veut dire l’être essentiel ? Que veut dire faire l’expérience de notre propre essence ? Pour celui qui n’a pas fait cette expérience ce sont là des concepts assez abstraits. Ce qui importe est donc de passer de l’idée d’un être essentiel à l’expérience de notre propre essence; d’en devenir conscient.

La méditation de pleine attention, que Durckheim propose à son retour du Japon, nous invite à prendre au sérieux le tout simple. Ainsi, si nous sommes, pour un instant, en contact avec notre propre essence, nous nous sentons tout d’abord dans une force, un état d’être fort; une qualité d’être, un sentiment de plénitude et de confiance inconditionnelle qui peut nous étonner.

Cette force est l’origine d’une forme particulière. Une forme qui coïncide avec la sensation d’être en ordre, tout simplement en ordre. Il est rare de se sentir aussi naturellement en ordre, aussi naturellement soi-même dans la vie de tous les jours. Le plus souvent nous vivons dans des formes d’adaptation, d’identification, d’imitation, d’opportunité ; l’ego a cette tendance à se cristalliser dans une manière d’être en tant que corps qui est conventionnelle et ne donne jamais une sensation de liberté intérieure. Tout au contraire, au cours de cette expérience qu’est l’éveil à notre vraie nature, se présente le sentiment d’être libre; bien en soi-même sans se renfermer et ouvert au monde sans s’y perdre.

L’expérience de l’être essentiel est donc l’expérience d’une qualité d’être qu’il n’est pas possible d’édifier, de bâtir à coups d’exercices pratiqués dans le but d’un développement personnel. C’est au contraire en ne faisant « rien » afin d’être-là, ouvert et disponible, pour l’éventualité d’une telle expérience. Ayant pris au sérieux ce moment particulier, ce moment d’éveil à notre nature essentielle, nous découvrons combien l’exercice quotidien s’impose. Non pas pour additionner des petites expériences éphémères mais pour devenir celui, celle, qui s’est dé-couvert en ce moment, qu’on appelle l’expérience de l’être, l’expérience d’être, l’expérience de notre propre essence.

Jacques Castermane

A wonderful world...


« J'ai lu tous les livres mais un seul demeure : 
le monde, ce volume merveilleux, ouvert toujours devant mes yeux. »

Kathleen Raine




mercredi 9 avril 2014

Paroles de Christiane Singer (1)

Christiane Singer, née à Marseille en 1943 s'est éteinte à Vienne en Autriche le 4 Avril 2007. Pour rendre hommage à cette femme de cœur et à ce grand écrivain, nous vous proposons d'entendre ou de réentendre un entretien que Christiane Singer avait accordé à Thierry Lyonnet en 2001 lors de la parution de deux ouvrages : Où cours-tu ,ne sais tu pas que le monde est en toi? et "Eloge du Mariage,de l'engagement et autres folies.

Il est des livres qui se passent avec bonheur, de la main à la main, entre amis. Des livres que l'on souhaiteraient ne pas avoir encore lu pour avoir le plaisir de les découvrir. "Où cours tu ne sais tu pas que le ciel est en toi" et "Mariage, engagement et autres folies" sont de ceux ci.

J'avais mis en ligne cette interview en 2010. Je vous la ressert exceptionnellement de nouveau car il est des mets qui se dégustent plusieurs fois...
Première partie
Deuxième partie
Troisième partie
Quatrième partie

lundi 7 avril 2014

Comment ai-je rencontré Yvan ? - Stan Rougier



Il y a trente sept ans me voici à Hardwar au bord du Gange avec mes sandales trouées et mon sac à dos de routard. Aux environs de minuit je frappe à la porte d'un ashram. Un jeune français de vingt deux ans vient m'ouvrir. Il me propose l'hospitalité de sa petite cellule et nous parlons durant la moitié de la nuit. Le courant passe entre nous, tandis que nous échangeons nos convictions sur le sens de l'existence, sur le but ultime de la vie.

Sa voix est douce, chaleureuse et en même temps très assurée. Tout ce qu'enseignera Yvan bien plus tard est là :" prendre le risque de l'autre."... "Au commencement est la relation".

"L'homme s'acharne à rechercher hors de lui ce qui est en lui. Il faut se tourner vers nos racines, notre être foncier. C'est le Christ éternel, c'est le Père, c'est ce que le Tao appelle la simplicité sans nom et les juifs le "Je suis"... Lorsque le mental se tait une Présence pacifiante se révèle en nous..."

Nous demeurons quelques jours ensemble. Dieu est le plus court chemin entre nous et je suis saisi par l'enthousiasme de ce jeune aux cheveux longs que la cuisinière de l'ashram nomme Ananda (béatitude). Il porte bien ce nom car il est débordant d'une vraie passion pour l'Absolu.

"La joie est le signe que la vie a réussi." disait Bergson.


J'ai la conviction qu'en ce garçon si jeune, Dieu révèle une facette de Lui-même au prêtre de quarante ans que je suis. "Vos filles et vos fils seront prophètes". (Joël - Bible)

Dès son retour en France, un an plus tard, Ananda est venu me rendre visite. Il avait retrouvé son nom occidental : Yvan Amar. Il était petit-fils de rabbin. Je l'ai invité à s'adresser à une cinquantaine de lycéens et de lycéennes. Tous ont été saisis par la beauté de sa ferveur. "Si c'est cela la religion alors ça m'intéresse" me disaient-ils, chacun à sa façon.


Je découvrais une fois de plus que le Dieu vivant n'est pas au bout d'un raisonnement, mais d'un émerveillement.

L'ouverture d'Yvan aux différents messages religieux les avaient touchés. Son maître spirituel Swami Chandra n'excluait rien des grandes traditions. Il citait autant Jean de la Croix que Ramakrishna.


Yvan est revenu me voir pour me présenter sa fiancée Nadège. Quinze ans plus tard il devenait enseignant, animateur de séminaires. Il redonnait le goût de Dieu à ceux qu'un catéchisme sans joie avait déçu. Il leur dépoussiérait l'âme, il leur montrait qu'on peut devenir disciple des événements et des êtres dont on a été la victime.

Nous n'avons pas cessé de nous retrouver jusqu'à ce qu'une grave maladie l'emporte vers le "monde nouveau où il n'y aura ni peine, ni cris, ni larmes, ni mort" (Apocalypse Ch.21)



Ma dernière visite peu de temps avant sa mort m'a impressionné : la souffrance transfigurée le rendait rayonnant. Il a demandé à son épouse que je sois coordonnateur de la célébration dans l'église de Gordes pour son départ.

Chaque rencontre avec lui m'apportait un immense bonheur. Il réveillait en moi le seigneur endormi dont parle Saint Exupery. J'aimais la poésie de ses formules. («Il faut chercher dans l'Histoire les épiphanies de Dieu») la gaieté de ces jeux de mots; ("le devenir c'est le Dieu-venir"...)



J'ai ressenti assez rarement à ce degré là avec un être humain la joie profonde de partager les mêmes intuitions, la même quête de l'absolu.

Yvan se moquait du syncrétisme où on s'autorise à mélanger les religions. Il respectait chaque chemin spirituel avec son originalité. Il distinguait pour mieux unir. Une grande tendresse pour l'humanité imprégnait de ses propos. "Ne mettez jamais l'amour de la vérité avant la vérité de l'amour " disait Saint Augustin. En réalité Amour et Vérité ont besoin l'un de l'autre. Ce sont les ailes d'un même oiseau.


Je retrouverai mon ami Yvan dans l'importance que j'accorderai à toute relation ; celle qui est en Dieu Lui-même (Père – Fils – Saint Esprit), celle que Dieu nous invite à vivre avec Lui, celle que Dieu nous propose de vivre avec nos semblables.

Si la spiritualité devait m'orienter autrement sans doute mériterait-elle l'indifférence et même l'hostilité.


C'est par la rencontre d'hommes et de femmes "réalisés" que nous pouvons comprendre à quel point Dieu est une question de vie ou de mort si nous voulons savoir qui nous sommes, d'où nous venons et où nous allons.! Que serais-je devenu si je n'avais pas rencontré Philippe Maillard, frère Roger, le cardinal Etchegaray, l'abbé Pierre, Christiane Singer, Yvan Amar et quelques autres qui me pardonnent de ne pas les nommer ?

Tous m'ont dit : "Tu ne peux voir Dieu mais tu peux voir Sa trace".



source : test.nadege.name

dimanche 6 avril 2014

Un petit peu de bêtise ne tue pas avec Alexandre Jollien

Récemment, un mien ami m’a offert des films à foison. Dans le lot, j'ai déniché American Pie 1,2,3,4,5,6, 7. Comme j’avais une bonne semaine pour me reposer, j’ai osé franchir la ligne. Oui, j'ai succombé à la tentation et me suis octroyé 7 x 90 minutes d’âneries intégrales. 

J'en retire deux ou trois enseignements. D'abord, ce que je cherche en pratiquant la méditation, la paix, la détente, je l’ai entraperçu devant l’écran. Le film a été cathartique, et j’ai tout de suite pensé à Pascal, qui a écrit que « l'homme n'est ni ange ni bête et (que) le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête ». Je consacre beaucoup de temps à écouter les autres. Souvent, je participe à des colloques, à des groupes de soutien, et un flot de souffrances, que je peine à alléger, envahit mon esprit. Se peut-il qu'il faille parfois quitter la profondeur pour la rejoindre plus profondément ? Devant les adolescents rieurs et ignares en bien des matières, je repère un manque. Un jour où je me prenais un petit peu trop au sérieux, un camarade s'est exclamé : « Tes-tu jamais permis d'être con au moins un jour ? » Je crains que non, quoique ma femme puisse avoir une opinion légèrement différente sur le sujet. En regardant ces films tout droit venus d'Amérique, j'ai envisagé la question à nouveaux frais.

Pour s'avancer dans la légèreté et suivre en quelque sorte Pascal, il s'agit avant tout de sortir de la culpabilité. Outre les éclats de rire suscités par les rocambolesques aventures des héros, il me semble que j'ai reçu une véritable leçon anthropologique, qui m'aide à quitter un esprit de sérieux qui nie les besoins du corps et la faiblesse qui est la nôtre. 11 n'est pas si facile d’assumer ses pulsions. Allègrement, le voile a été levé sur le champ de bataille que peut représenter la sexualité pour les jeunes et les moins jeunes.

Voir ces garçons et ces filles obsédés par la conquête amoureuse, pour le dire avec des mots élégants, alors que leur ambition ne vise pas si haut, me permet d’envisager la beauté de l’être humain, qui englobe certains combats, sa fragilité aussi. Accueillir nos travers avec une absolue bienveillance, c’est déjà faire un pas vers la vertu. La pudibonderie nous éloigne de la vérité, en créant du mythe.

J'apprécie la comédie. Elle invite à prendre du recul, à ne pas trop se prendre pour le roi du monde. Et je rêve d’être suffisamment vertueux et libre pour contempler la bêtise humaine avec une infinie douceur, comme un père regarderait son enfant. S’il l’aime vraiment, jamais il ne peut être déçu par son rejeton. Ainsi ai-je pensé à tout ce que l’on dissimule par peur d’être jugé. Le film ne vient que caricaturer les balbutiements de chacun dans son apprentissage de la vie, car il faut tout une œuvre, tout un accomplissement pour devenir adulte sans nier la légèreté, l’innocence.

En éteignant mon poste de télévision, j'ai rejoint ma femme et mes enfants. Avec une légèreté toute ravivée, j’ai plaisanté avec eux. Nous avons bien rigolé ! Le lendemain, une mère me confiait avoir perdu son fils, victime d'une overdose. J’ai pu l’écouter et la soutenir pleinement, aussi parce que j’avais goûté une bouchée de légèreté. Loin de m’avoir soustrait à l’essentiel, après avoir ri, un peu bêtement il est vrai, de notre condition, j’en mesurais une nouvelle fois la profondeur. La vie est sacrée, derrière les faux pas, les travers, la beauté de l’être humain reste toujours indemne.



samedi 5 avril 2014

Peindre pour illuminer le monde par François- Xavier de Boissoudy

C’était il y a dix ans. Baigné dans la douceur d'une lumière de printemps, mon salon parisien contrastait avec mon propre état intérieur, assombri par des années de lutte contre moi-même. C'est alors qu’un bien-être incroyable m’a submergé. J’étais enveloppé par un sentiment de plénitude que reflétaient le silence et la beauté de la lumière. À travers cette dernière, c’est comme si un visage se révélait à moi : celui de la femme qui m’avait donné la vie, puis abandonné lorsque j’avais 3 mois. Pour la première fois, j’arrivais à lui pardonner, alors que je lui vouais jusqu’alors une haine inconsciente. Ce jour-là, comme l'aveugle qui demandait à voir Jésus, j'ai connu une forme de guérison intérieure.


Marié depuis dix ans, père de trois enfants, j’avais demandé à Dieu, quelque temps auparavant, de m’aider à aimer ma femme. Sa réponse libératrice, je l’avais reçue en ouvrant la Bible dans mon atelier. La lecture d’un psaume m’avait fait réaliser combien j’avais toujours été
aimé : par celle qui m’avait enfanté, palmes parents adoptifs, par ma famille, mais aussi par Dieu qui m'avait «façonné dans le secret » (Psaume 138,15) et me connaissait avant même de me «former au ventre maternel » (Jérémie 1,5)- En l’espace de quelques minutes, par cette grâce, j’étais devenu plus fort que tout le mal qu'on m’avait fait. Je pouvais enfin choisir ma vie. Choisir d’aimer, ce dont j'étais jusqu’alors incapable. J'étais devenu fils, j’étais appelé à devenir père, époux et peintre.

Dieu est bien le seul contre lequel je ne me suis jamais rebellé. Élevé dans une famille pratiquante, j'ai été porté par la foi et l’amour de mes parents. Mais, tel l’aveugle ou le paralytique, ma foi lambinait dans un coma spirituel : j’aimais mal, et je ne m’aimais pas moi-même. Au lieu de regarder les autres pour eux-mêmes, je ne cherchais en eux que le reflet de mon nombril blessé. Le mot « non » me servait d’identité, instinctivement. Suivant l’exemple de mes parents, je m’étais toutefois engagé dans le mariage avec Florence. Mais au fond de moi, je restais prisonnier d’une forme d'enfer intérieur. J’ai même arrêté un temps le dessin, ma passion, tellement ce qui sortait de moi était violent. C'est au fil des années de mariage, puis de paternité, tandis que je m’enfonçais toujours plus dans mes contradictions, devenues insupportables pour Florence et pour moi, que j’en ai pris conscience : je ne pouvais plus faire abstraction de mon histoire souterraine. Peu à peu, j’ai ainsi remonté le fil de mes origines jusqu’à cet « abandon », mot que mes parents n’avaient jamais prononcé, sans doute pour me protéger. Malgré tout leur amour, j’étais en guerre, contre moi-même, les autres et le monde en général.

Grâce à la conversion du regard que j’ai reçue il y a dix ans, il m'est devenu possible de contempler et d'envisager dans la paix et la bienveillance. Ce regard a aussi transformé ma vie de peintre : c’est à partir de ce moment-là que j’ai pu voir chez les autres artistes ce que j’aimais chez eux. Mes maîtres spirituels sont ces peintres qui, partant de grandes ou petites choses observées, ont donné à voir l’insaisissable : une réalité habitée par la Grâce. Ceux qui ont su relativiser le temps du monde, par les symboles de la permanence et de l’infini, prêtant à la méditation. Et qui ont dévoilé la Présence habitant leur vie, avec justesse et tendresse.

Mes toiles, jusqu’alors grinçantes et hurlantes de désespoir, n’ont plus désormais qu’un seul objectif : montrer le réel augmenté du spirituel, se matérialisant dans le surgissement de la lumière. Telle est ma vocation, confirmée dans mon atelier et fondée sur l’intuition que la vision qui m’a émerveillé, dépassé, est le trésor vivant sur lequel je peux bâtir mon œuvre. Depuis, il n'y a plus aucun sujet pour moi, sans cette lumière, aimante et invisible, présente dans notre bas monde, qu'elle se reflète dans un verre d'eau, un paysage ou au travers d'une scène humaine. Une lumière douce et bienveillante, silencieuse, épousant la réalité charnelle. Elle n’aveugle pas, elle n'anéantit pas, elle révèle. Mon rôle n’est pas de mettre en scène, mais de témoigner, dans une société où l’art contemporain est trop souvent régi par une négation du réel. Témoigner de cette sacralité vivante et incarnée.

Comment discerner la part de spiritualité dans son surgissement ?
Il s'agit de montrer ce qui est. À chaque fois, cette lumière, qui m'est totalement étrangère, me surprend, m’interpelle, me décentre. Quelque chose est en train de se passer. C'est une manière d’illuminer le monde. Un sentiment d'émerveillement. J’essaie pour cela d’inscrire mon regard non pas dans un processus rationnel ou idéologique, mais sensitif. Dieu nous a créés avec des sens pour que nous Le reconnaissions avec nos sens. Et même s’il m’arrive de ne plus y croire, l’évidence du moment m'enseigne, a posteriori, que son Esprit était là. Parfois je lui tourne le dos, mais je ne Lui lâche plus la main.







vendredi 4 avril 2014

Dialogue intérieur avec Isabelle Padovani


On ne sait pas ce que l'on veut... Juste sentir qu'on est un... 
"Comment faire un avec ce qui se divise en moi ? "
(moi aussi j'ai un début de rhume ;-)


source : blog de Pascale

Tant de choses qui reprennent vie...


Une communication sympathique et vivifiante...



jeudi 3 avril 2014

Yoga et unité


Extrait d'un séminaire de yoga où plusieurs aspects de cette discipline sont présentés :



mercredi 2 avril 2014

L'esprit tranquille

A trop vouloir saisir
Les choses du monde,
l'attachement surgit.

Vouloir que les choses se passent
uniquement comme on voudrait
Fait naître la colère.

A ne pas comprendre
l'inéluctabilité du changement,
la confusion obscurcit l'esprit.

Affronte le monde transitoire
Sans peur ni saisie,
Fais confiance à la Vie,
Tu atteindras la vraie sérénité.

- Bhagavad Gita. -


mardi 1 avril 2014