dimanche 28 février 2010

Tout est là

«Un jour, on demanda à Michel-Ange comment il avait réalisé sa Pietà ou son David. Il répondit qu'il se contentait d'imaginer la statue déjà présente dans le bloc de marbre, puis qu'il le taillait pour découvrir ce qui s'était toujours trouvé là. La merveilleuse œuvre d'art, déjà créée et existant de toute éternité, n'attendait que le moment d'être révélée. De même, le grand personnage qui se trouve d'ores et déjà en vous est prêt à apparaître en plein jour. 
Chacun de nous porte en lui les graines de la grandeur. Les "grands" n'ont rien de plus que les autres : ils se sont simplement débarrassés des nombreuses entraves qui les empêchaient d'exprimer le meilleur d'eux-mêmes.» 
Elisabeth Kübler-Ross

samedi 27 février 2010

Bien manger pour la planète

Un livre sur la planète cuisine ou comment manger dans le monde et non pas dans notre monde :

vendredi 26 février 2010

L'Art de Voir enseigné par Swami Prajnanpad

Mot de l'éditeur sur "L'art de voir,1: lettres a ses disciples" de Svami Prajnanpad
«On voit rarement, on pense que l'on voit et la première exigence pour être vraiment Homme est de se libérer de la pensée et de s'établir sur le terrain solide du voir...
Comme pour les sciences exactes, la science spirituelle exige d'expérimenter, de trouver, de vérifier et de réaliser la vérité...
Être libre, c'est être libre de toutes les formes physiques ou supra-physiques et cette liberté vient en vivant et en voyant, non en pensant, parce que seule l'expérience de la vie fournit une base ou des données solides pour voir les faits comme des faits et non des hypothèses, des imaginations et des idées...»
Svâmi Prajnanpad


«Alors que nous n'avons accès à l'enseignement du Bouddha que par ce qui, de ses paroles, s'est ''retransmis'' de concile en concile..., ici nous avons accès directement à l'enseignement d'un maître puisqu 'il s'agit de sa parole écrite et donc non soumise aux infléchissements inévitables et aux interprétations.
Ces lettres ont ceci de paradoxal et de merveilleux qu'elles sont universelles et personnelles tout à la fois. Personnelles, au point que l'on se sent parfois comme indiscrets de pénétrer dans le jardin secret d'autrui. Universelles, en ce que Svâmiji qui jamais ne prêche ni n'enseigne ex-cathedra, s'adresse à chacun de nous dans notre langage, en se plaçant à notre niveau et n'acceptant de ne discuter que de nos problèmes les plus immédiats, nous oblige, tout en demeurant ancrés dans le concret, à VOIR, si nous avons le courage d'aller au fond des choses, ce que l'on pourrait appeler la nature ultime de la réalité, qu 'en général nous nous refusons à percevoir et accepter.»
Frédérick Leboyer (Extrait de la préface)
Extrait du livre :
Ashram, le 26 Janvier 1960

Oui Daniel,
Essayez d'être vous-même : la lucidité, bien sûr, mais quoi d'autre après ? Dans votre lucidité, il y a du refoulement d'où une division intérieure. «Les pensées qui me viennent quand je médite sont indépendantes de moi, comme si elles appartenaient à quelqu'un d'autre» ! Ce que vous devez faire, c'est laisser sortir «l'agitation» qui en est la source : laissez-la s'exprimer, soyez un avec elle. Ne vous mettez pas en retrait, cessez de vous contrôler pendant un moment, laissez cette agitation s'épuiser d'elle-même. Consacrez-lui quelque temps et lorsqu'elle aura disparu, essayez d'en voir la nature. Si vous pouvez faire le lien entre les associations d'idées éveillées par les différentes parties de votre rêve, vous en trouverez la cause. (...)
Laissez les émotions significatives s'exprimer sans contrôle. Dès que les émotions se seront pleinement exprimées, vous vous sentirez soulagé. Pareillement, prenez «prisonnier» et reliez-le à la source : voyez de qui vous vous sentez prisonnier. Acceptez le fait et laissez vos émotions s'exprimer. Ensuite essayez de relier les images du rêve à leur contenu réel. Acceptez, acceptez, acceptez. Eliminez le refoulement, ayez le courage de dire : «Oui je suis ce que je suis, oui j'étais ce que j'étais». Essayez de vivre votre passé refoulé pour en sortir et le dépasser. La lucidité consiste seulement à voir que «oui je suis dans cet état», acceptez-le et laissez-le s'exprimer : (...) Essayez seulement de relier l'effet à sa cause.
C'est un rêve symbolique, un rêve sexuel.
Restez passif durant cette période ; «acceptez cet état». Cette agitation est peut-être apparue une ou deux fois durant la pleine lune et vous voilà devenu victime de l'autosuggestion : «Oh ! la pleine lune approche, je vais de nouveau être agité». Ce qui est arrivé une fois ne peut pas se reproduire une deuxième fois. Vous avez pu incons ciemment provoquer cette agitation. Voyez si c'est vrai ou faux. Le passé, le passé essaie d'obscurcir le présent ; lais sez le passé être le passé. Le changement, le changement, le changement est là.
N'anticipez pas, ne soyez pas la proie du passé, du passé refoulé. Acceptez votre passé, libérez-vous du refoulement, alors l'agitation disparaîtra et vous serez libre de ce rêve. Ce rêve est signe de refoulement.
Meilleures bénédictions,

P.

jeudi 25 février 2010

Un petit air de printemps...

Une petite douceur qui dénote l'arrivée du printemps :

Revenir au centre...

"On me qualifie d'excentrique parce que je parcours le monde en affirmant que je n'ai pas de tête. Mais je ne suis pas excentrique, je suis centrique, je suis centré; c'est vous qui êtes excentriques et excentrés puisque vous croyez qu'il y a une tête au-dessus de vos épaules!"
Douglas Harding

mercredi 24 février 2010

Je vous souhaite...

«Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir 
Et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. 
Je vous souhaite d'aimer ce qu’il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. 
Je vous souhaite des passions. 
Je vous souhaite des silences. 
Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil 
Et des rires d'enfants. 
Je vous souhaite de résister à l'enlisement, 
à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. 
Je vous souhaite d'être vous...» 
Jacques Brel

mardi 23 février 2010

Jacqueline Kelen et la divinité animale


Extrait de l'ouvrage "Eloge des Larmes et du Printemps" de Jacqueline Kelen.
Vous pouvez l'acheter à très bon prix à cette adresse

lundi 22 février 2010

Les fruits de santé sont de saisons...

Goji, acerola, cranberries, et autres fruits à connaître... tout en préférant les fruits de saison.

Le produit intérieur du bonheur

Après Albert Jacquard aux assises de l'énergie est venu Jean Gadrey qui proposait une vue intéressante sur la valeur économique de la planète :
Intervention de Jean Gadrey, Professeur d'économie à l'Université de Lille 1, membre de la Commission Stiglitz et animateur du collectif FAIR (Forum pour d'autres indicateurs de richesse), le 27 Janvier 2010 lors des Assises de l'Energie à Dunkerque.

dimanche 21 février 2010

Vous êtes où ?

Plan d'accès à la Grande Muraille de Chine avec traduction anglaise. Chine - Décembre 2009

samedi 20 février 2010

Pierre Rabhi et le hameau des buis

Pierre Rabhi a pour avantage de parler à partir de son expérience. Voici un témoignage sur une utopie verte qui se réalise :

Pour en savoir plus :La ferme des enfants

vendredi 19 février 2010

En corps...

«Apprenez à relaxer. 
Votre corps est précieux, car il contient votre esprit et votre âme.
La paix intérieure commence avec un corps détendu» 
Norman Vincent Peale

Homme et Femme : quelques différences (2)

Nous restons en surface et le but du jeu est de voir les différences qui nous rendent complémentaires :

jeudi 18 février 2010

Quelques clichés à voir entre les hommes et les femmes (1)

Juste un regard vers l'autre... attirance...

«Quand rien ne semble fonctionner, je vais observer
un casseur de pierres abattant sa masse sur un rocher
une bonne centaine de fois sans lui infliger la moindre égratignure apparente.
 Mais au cent unième coup, le rocher se fendra en deux, et
 je sais que ce n’est pas seulement le dernier coup qui a fendu le rocher, mais les cent qui l’ont précédé.»
 
Jacob Riis

mercredi 17 février 2010

Un nouveau départ avec Philippe Mac Leod

"Seule une présence pouvait vous combler, seule une présence plus grande peut conduire la vôtre à ce sentiment de plénitude qui peu à peu vous envahit à mesure que le vide gagne votre esprit, votre coeur, votre corps..."
Et si vous entriez dans une église avec Philippe Mac Leod, pour y découvrir un rayon de transformation lumineuse...

Spiritualité de la transparence avec Philippe Mac Leod

Après avoir choisi de mettre la prière et l'écriture au cœur de sa vie, Philippe Mac Leod s'est tout naturellement installé dans les vallées pyrénéennes, à une demi-heure de Lourdes où, durant la saison, il travaille à la librairie des Sanctuaires. Dans son nouveau livre, « D'eau et de lumière, Lourdes, une spiritualité de la transparence », publié aux éditions Ad Solem et préfacé par Mgr Jacques Perrier, il a choisi le langage de la poésie pour révéler ce lieu.
Entretien :
Vous dites que la poésie « permet d'atteindre un autre degré du réel ». En quoi ce langage permet-il d'enrichir votre vie spirituelle ? 
Personnellement, je vis au cœur des montagnes. J'aime cette nature sauvage, cette vie à l'état premier qui nous parle. Nous sommes le fruit de ce monde qui nous a précédés et qui a quelque chose à nous dire. La foi a énormément orienté mon écriture parce qu'il s'agit d'une foi profondément vécue, qui engage toute la vie. Le langage de la poésie permet d'exprimer cette vie spirituelle, mais aussi de l'approfondir.
On perçoit votre souhait de « prendre le temps », de contempler votre environnement, de rencontrer les personnes. Comment est né votre attachement à Lourdes ?
En quête de solitude et de silence, je me suis rapproché de ce lieu en mettant mes pas dans ceux de Bernadette. Aujourd'hui, je travaille à la librairie de la Grotte, au cœur des foules. Auprès des personnes en détresse, j'essaie d'entendre leurs interrogations. Mon rôle est de trouver le livre qui répondra à une attente particulière. À Lourdes, la nature est très présente. J'ai voulu faire redécouvrir ce lieu avec ces éléments naturels : comment peut-on habiter ce lieu et se laisser habiter par ce lieu ?… Lourdes a sa beauté. Saint Augustin disait que la Création est notre première « Bible ». Lourdes se révèle aussi dans des rencontres très fortes, parfois muettes mais très profondes. Au contact des personnes malades, on remet tout à sa place pour retrouver l'essentiel.  (extrait de "La Depeche.fr" du 14 fevrier 2010)

mardi 16 février 2010

Christian Bobin et le soupir du chat

Christian Bobin nous emmène au rythme d'un soupir de chat vers la découverte de l'instant :

lundi 15 février 2010

Des "n'importe quoi" uniques avec Albert Jacquard

J'ai entendu, le 27 février dernier, Albert Jacquard et j'ai été touché... Notre époque moderne vous permet de l'écouter à nouveau et surtout de cultiver la rencontre sur cette planète :

Albert Jacquard, né à Lyon le 23 décembre 1925, a 84 ans. C'est un scientifique et essayiste français. Il est généticien et consacre l’essentiel de son activité à la diffusion d’un discours humaniste destiné à favoriser l’évolution de la conscience collective.

dimanche 14 février 2010

Le bouddhisme pour les nuls (2)

L'engouement des occidentaux pour les pratiques orientales, une consommation ? :

samedi 13 février 2010

Le bouddhisme pour les nuls (1)

(20 mai 2007) - Les immigrés asiatiques – chinois, tibétains ou vietnamiens – , fidèles à leurs traditions, ne sont pas seuls à fréquenter pagodes et autres centres de méditation bouddhistes; des milliers d’Occidentaux le font aussi. Ils ne recherchent pas tant des liens avec l’Asie, mais plutôt une approche nouvelle de la vie et, le plus souvent, une forme d’apaisement, de paix intérieure. 

vendredi 12 février 2010

Une rencontre avec la peur et avec Jean Delumeau

Jean Delumeau, né le 18 juin 1923 à Nantes, est un historien français spécialiste du christianisme, en particulier de la période de la Renaissance. Il aborde dans cet entretien, les peurs, les diables et les anges

jeudi 11 février 2010

Le plastique n'est pas fantastique

Un petit survol de plages et de la mer pour voir flotter quelques résidus de notre consommation :

mercredi 10 février 2010

Graines de santé

Pour changer des pâtes et du riz, voici quelques céréales à découvrir :

mardi 9 février 2010

Petit exercice de reflexologie

La réflexologie se place dans une approche énergétique et globale du corps. Elle s'apparente au shiatsu, à l'acupuncture ou à l'ostéopathie.
La réflexologie moderne remonte aux travaux d’un médecin américain, le Dr William Fitzgerald. Tandis qu'il cherchait une méthode d'anesthésie en chirurgie mineure, il découvrit que la douleur éprouvée par ses patients diminuait s'il appliquait une pression sur certains points du corps. Sa théorie, élaborée en 1913, repose sur un modèle anatomique qui divise le corps en dix zones énergétiques, allant de la tête aux pieds, chacune étant liée à des endroits précis du corps : les zones réflexes.

lundi 8 février 2010

Un témoignage partagé avec Marie de Hennezel (3)

Marie de Hennezel a débuté sa carrière de psychologue au sein des consultations du planning familial en 1975, puis s'est intéressé à l'accompagnement des psychotiques. En 1986, elle participe à la création d' une unité de soins palliatifs pilote à l'Institut Montsouris à la demande du président de la République François Mitterrand. « La mort intime », le livre qu'elle a tiré de cette expérience, a marqué l'époque et a permis une évolution des attitudes face à la mort. Depuis lors, elle a publié de nombreux ouvrages pour refuser que la solitude, le silence et l'abandon soit la destinée de trop nombreuses personnes en fin de vie. 

dimanche 7 février 2010

Présence et spiritualité avec Marie de Hennezel (2)


Il y a des étapes inévitables, bien sûr, pour lesquelles j’ai utilisé l’expression du « travail de vieillir », un peu comme le « travail de deuil » chez Freud. Je crois qu’il y a un travail à effectuer. Il faut accepter que son corps, son visage vieillissent, que l’on n’a plus la même énergie physique, que l’on ne peut plus faire les mêmes choses. C’est un travail de réconciliation avec sa vie, un travail de conscience, de méditation sur sa finitude, évidemment aussi. Un travail de prise de conscience, finalement, du sens de ce dernier temps de la vie.
(extrait de l'interview de Marie de Hennezel sur le site de Nouvelles Clés)

samedi 6 février 2010

Toucher la présence avec Marie de Hennezel (1)


Une petite perle de tendresse que je vous livre en trois parties. Présence et Toucher pour se relier entre nous et avec le monde.
Marie de Hennezel est une psychologue et psychothérapeute française née à Lyon le 5 août 1946. Bonne écoute
:
(Emission Les racines du Ciel le 22.10.2009)

site de Marie de Hennezel

vendredi 5 février 2010

Les dons précieux de la nature avec Jean-Marie Pelt

Jean-Marie Pelt nous propose un retour vers les plantes. Phytospiritualité ne pouvait qu'apprécier !

Barrage à la "Source" chez Terre du Ciel

Trouvé sur le blog de Marie Rêveuse, voici deux écrits concernant une intervention touchant le flux naturel du spirituel : 
Julos Beaucarne: A la lecture de votre communiqué une grande inquiétude monte en moi . Pourquoi mettre en batterie un canon contre une mouche. Un régiment de gens armés jusqu'aux dents pènetre chez vous et insulte à la porte principale. Qui a monté ce scénario brutal et sinistre comme si la recherche spirituelle mettait en péril l'état français . Je pense à vous, ça me ramène à mon enfance quand les allemands bouclaient notre village et que la résistance campait chez nous dans l'atelier de mon père. Tout cela sent la guerre et l'errance mentale des stratèges de la peur qui sont des oiseaux de proie qui écrasent le pauvre monde au nom du pèse et du fisc et du saint bénéfice jusqu'à vendre leur père et mère . Je suis avec vous mais je sais que la loi du plus fort est toujours,hélas, la loi du moindre effort. Quand les fusils font la loi le dialogue n'existe plus. Ce sont des bavures qui pourrissent l'âme des peuples et mettent en péril la cohésion de toutes les forces vives d'un pays. Bien à vous dans cette épreuve . Julos Beaucarne 
Gilles Farcet: Outre le fait de me sentir naturellement concerné par les violences infligées à des personnes avec qui j'ai tant partagé et dont je connais la consécration au dialogue, à l¹ouverture, à la tolérance, le récit de cette perquisition m'a fait littéralement froid dans le dos et amène me semble-t-il à poser, ou reposer , quelques questions graves et importantes : où sommes nous donc ? Dans quelque dictature idéologique où la liberté religieuse et philosophique n'a pas droit de cité ? En pleine période de Maccarthysme aux Etats Unis, à l'époque où il suffisait d¹être soupçonné de sympathies marxistes pour se voir mis au ban de la société et empêché d'exercer son métier ? Non, en France, début 2010. Comment, dans un Etat a priori de droit, peut-on ainsi et sous quel prétexte exercer de tels abus ? Est ce à ce point dérangeant, et pour qui, que des personnes proposent des stages, publient une belle revue et organisent des colloques auxquels ont participé et participent tant de personnalités éminentes issues de tous horizons mais qui ont en commun de ne pas donner dans le prêt à penser et de cultiver une perspective vaste ? Cet événement m¹a fait repenser à une discussion récente avec quelques amis et élèves à qui je reprochais leur naïveté quand ils me disaient croire que les "bons" groupements et les "bonnes" organisations à caractère spirituel étaient à l¹abri de la chasse aux sorcières qui se cache souvent sous couvert de la lutte ³anti sectes. Les voilà, hélas, magistralement détrompés. Ce qui démontre s'il en était besoin la nécessité de farouchement veiller au respect de la liberté de pensée, de croyance et d'expression, dans la fidélité aux valeurs de notre république. Recevez donc l'expression de ma solidarité et de ma préoccupation en tant qu'ami comme en tant que citoyen. Chaleureusement à tous 
Gilles Farcet écrivain, enseignant

jeudi 4 février 2010

La cathédrale gothique

Un point de vue architectural sur les cathédrales gothiques :

mercredi 3 février 2010

mardi 2 février 2010

Le cerveau perçoit-il la réalité ? (1)

Dans cette boîte cranienne, des milliards de liens pour appréhender "notre" monde...

lundi 1 février 2010

Notre petite planète en déséquilibre avec Patrick Viveret


Une rencontre avec Patrick Viveret qui nous montre le déséquilibre engendré par l'homme sur cette planète. Il nous invite à reconsidérer la richesse face à l'industrie mondiale du mal-être. (25 juin 2006)

Patrick Viveret, né en 1948, est philosophe et essayiste altermondialiste.
Voir également "La sobriété heureuse"