dimanche 7 février 2010

Présence et spiritualité avec Marie de Hennezel (2)


Il y a des étapes inévitables, bien sûr, pour lesquelles j’ai utilisé l’expression du « travail de vieillir », un peu comme le « travail de deuil » chez Freud. Je crois qu’il y a un travail à effectuer. Il faut accepter que son corps, son visage vieillissent, que l’on n’a plus la même énergie physique, que l’on ne peut plus faire les mêmes choses. C’est un travail de réconciliation avec sa vie, un travail de conscience, de méditation sur sa finitude, évidemment aussi. Un travail de prise de conscience, finalement, du sens de ce dernier temps de la vie.
(extrait de l'interview de Marie de Hennezel sur le site de Nouvelles Clés)

2 commentaires:

Lung Ta Zen a dit…

oui et quand ce changement est brutal par le handicap, il demande d'autant plus d'attention (au sens vigilance et prendre soin de)

chaleureusement

frédéric

A.M. Bruffin a dit…

Je confirme .
Il est nécessaire de faire un "travail" car la vieillesse arrive très vite...une prise de conscience.
L'acceptation du corps qui change, l'énergie physique qui diminue, la mémoire etc .. les postures de yoga deviennent difficiles d'où l'importance de "travailler" sur l'impermanence.
Merci Eric pour ce rappel.
Belle journée