vendredi 20 avril 2018

Le miroir du mental...


Nous pouvons déjà faire certaines observations, dans cette direction. Pas « je regarde le bouquet de fleurs » – auquel cas je vois « mon » bouquet de fleurs, celui de mon mental – mais « le bouquet de fleurs est regardé », et momentanément nous entrevoyons ce que pourrait être, au moins en partie, le silence de l'ego. De même pour écouter. Dans une conversation qui ne vous implique pas trop, vous pouvez tenter cet effacement : non pas « j'écoute Simone » – moi je suis là et j'écoute attentivement Simone – mais « Simone est écoutée ». Il y a une écoute, il y a une possibilité de répondre, il y a une mémoire de ce qui aura été dit, mais ahamkar, « ce qui fait le moi », momentanément n'est plus présent. Vous verrez aussi combien c'est inhabituel. 

Et si vous pouvez vivre cette expérience, ce changement d'attitude intérieure, relativement facile à effectuer ne fût-ce que pendant quelques instants, cela vous en dira déjà plus sur l'effacement de l'ego que bien des paroles de sages. Une bonne opportunité pour tenter ce renversement de perspective, c'est de vous rendre dans un grand café, à une heure d'affluence. Vous vous asseyez tranquillement à une table, personne ne fait attention à vous, et vous regardez autour de vous les clients aux autres tables, les gens qui entrent ou s'en vont, les serveurs, la caissière. Vous observez le mouvement, la vie alentour et, avec une certaine attention pour ne pas être complètement repris, identifiés, vous pouvez faire la différence : est-ce moi, avec tout ce qu'inclut ce pronom, qui regarde ou est-ce qu'il y a ce regard pur qu'on a depuis toujours comparé à un miroir (s'il ne s'agit pas d'une glace déformante, le miroir réfléchit parfaitement tout objet présent devant lui) ? 

Vous allez pouvoir faire d'instructives constatations. Ça y est, de nouveau « je » ou « moi, ego », suis réapparu et ma vision est de nouveau colorée, je n'ai plus vu la dame qui entrait mais « ma » dame qui entrait, celle de mon mental. Ce mental, vous le savez, est constitué de toutes les marques du passé, de toutes les influences que nous avons reçues, qui se sont groupées autour de quelques prédispositions héréditaires. Autrement dit, s'il y a effacement au moins relatif du sens de l'ego, je commence à vivre dans le monde (le monde des apparences) tel qu'il est mais, tant que le sens de l'ego subsiste, je ne peux vivre que dans un monde irréel. Il faut que ces paroles entendues tant de fois deviennent pour vous une conviction vécue, confirmée car pour l'instant, sauf à de rares moments de grande vigilance, cet ego est omnipotent, omni-envahissant et bien plus terrible, désastreux et aveuglant que nous ne l'imaginons. 

Vous voyez que j'emploie à dessein des mots emphatiques...

Arnaud Desjardins
La Voie et ses pièges

jeudi 19 avril 2018

Voltige avec Isabelle Lévesque



Tout commence à peine,

toujours. Le pas identique, sa cadence, poussent

vers le creux val d’une forêt que j’invente. Ne te

retourne pas, jamais, retiens tes mains, la feuille

écartée te montre.

Tu es





ici.

                            *

Les fleurs n’avaient qu’une ombre.

Nous étions seuls,  ivres légèrement,

trop de couleurs nous égaraient

dans le souffle d’été, seuls pétales couvraient.



Rien ne fut plus nu que l’or du jour

sous l’arbre silencieux.



Isabelle Lévesque, Voltige !, éditions L’Herbe qui tremble, 2017.




Petit extrait de l’interview qu’Isabelle Lévesque m’a accordée :

Sabine Dewulf. De quoi aimeriez-vous encore parler, que je n’ai pas encore évoqué ?

Isabelle Lévesque. Peut-être de l’intarissable source d’aimer. Écrire puise ses forces en ce sentiment qui devient moteur, qui engendre. La langue vivante et polymorphe naît de ses métamorphoses et du cœur ardent. La mort est déjouée, dans une certaine mesure, une mesure de mots dérisoires qui sonnent et construisent quelque chose (le texte) qui tient ou vacille à l’aune de vivre. 

----

mercredi 18 avril 2018

Un jour, l’humanité sera forcée d’arrêter la croissance....


Paysan, philosophe, auteur à grand succès, l’écologiste Pierre Rabhi réagit aux récentes statistiques sur le recul de la biodiversité. Il dénonce une course absurde à la croissance qui aboutit selon lui à une impasse.
"Un jour, l’humanité devra choisir entre une miche de pain et un lingot d’or. Elle sera forcée d’arrêter la croissance pour sa survie", affirme dans le 19h30 Pierre Rabhi, figure de proue de la décroissance et chantre de "la sobriété heureuse".
"Aujourd'hui, on se rend compte que l'être humain est de plus en plus une catastrophe naturelle, c'est-à-dire qu'il est en train de s'éradiquer lui-même en éradiquant la vie", précise le philosophe dans un entretien à l'émission Tout un monde.
Et Pierre Rabhi de s'élever contre le "gaspillage de la vie humaine" induit par la course à la croissance. "Je suis persuadé qu'il s'agit d'un système esclavagiste: on vous engage à donner toute votre existence contre un salaire. Le vrai capital, c'est votre vie. Vous le sacrifiez en capital financier."

 

lundi 16 avril 2018

Point d'abandon


Pour que les choses se révèlent à nous, 
nous devons être prêts à abandonner 
notre point de vue à leur sujet.
 
~ Thích nhất hạnh




**** 

dimanche 15 avril 2018

L'Art de l'écoute



Lorsque vous écoutez quelqu'un, ne le faites pas uniquement avec votre tête ; écoutez avec tout votre corps. Sentez le champ énergétique de votre corps subtil pendant ce temps. Cela éloigne l'attention du mécanisme de la pensée et ménage un espace de calme qui vous permet d'écouter véritablement sans que le mental interfère. Ainsi, vous faites de la pl ace à l'autre, de la place pour être. 

C'est le plus précieux cadeau que vous puissiez offrir à un interlocuteur. La plupart des gens ne savent pas écouter parce que la plus grande partie de leur attention est monopolisée par la pensée et non sur ce que l'autre personne est en train d'énoncer. Elle n'est pas du tout tournée vers ce qui a vraiment de l'importance, c'est-à-dire l'Être qui existe derrière les mots et le mental. Et bien entendu, vous ne pouvez sentir l'Être d'une autre personne si ce n'est qu'à travers le vôtre. 

C'est ainsi que commence la réalisation du Tout, de l'Un, qui est amour. Au plus profond de l'Être, vous ne faites qu'Un avec tout ce qui est. La majorité des relations repose principalement sur l'interaction des « mentaux », non pas sur la communication entre êtres humai ns, sur la communion. Aucune relation ne peut fleurir ainsi et c'est pour cette raison qu'il y a tant de conflits dans les relations. Quand le mental mène votre vie, les conflits, les antagonismes et les problèmes sont inévitables. Quand vous êtes en contact avec votre corps énergétique, il se crée une dimension de vide mental où la relation peut s'épanouir. 

Eckhart Tolle
Le pouvoir du moment présent 

*****

samedi 14 avril 2018

Le monde est fait de réseaux de baisers, pas de pierres


"Nous, les êtres humains, nous vivons d'émotions et de pensées. Nous les échangeons lorsque nous sommes dans le même lieu et le même temps, en nous parlant, en nous regardant dans les yeux, en effleurant nos peaux. Nous nous nourrissons de ce réseau de rencontres et d'échanges, ou plutôt, nous sommes ce réseau de rencontres et d'échanges.
Mais en réalité, nous n'avons pas besoin de nous trouver dans le même temps et le même lieu pour avoir ces échanges. Les pensées et les émotions qui nous lient les uns aux autres traversent sans difficulté les mers et les décennies, parfois les siècles.
Déposées sur de minces feuilles de papier, ou virevoltant entre les connexions d'un ordinateur. Nous faisons partie d'un réseau qui va bien au-delà des quelques jours de notre vie, quelques mètres carrés où nous portons nos pas. Ce livre aussi est un fil de la trame... "
Carlo Rovelli, L'ordre du temps, Flammarion, 2018

************


"On peut penser le monde comme constitué de choses. D'entités. De quelque chose qui est. Qui demeure. Ou bien on peut penser le monde comme constitué d'événements. D'occurrences. De processus. De quelque chose qui se produit. Qui ne dure pas, qui se transforme continuellement. Qui ne persiste pas dans le temps.
La destruction de la notion de temps par la physique fondamentale implique l'écroulement de la première de ces deux conceptions, non de la seconde. C'est la réalisation de l'omniprésence de l'impermanence, et non de l'immuabilité dans un temps immobile.
Penser le monde comme un ensemble d'événements, de processus, est le mode qui nous permet de mieux le saisir, le comprendre, le décrire. C'est l'unique mode compatible avec la relativité. Le monde n'est pas un ensemble de choses, c'est un ensemble d'événements.
La différence entre les choses et les événements, c'est que les choses perdurent dans le temps. Les événements ont une durée limitée. Le prototype d'une chose est une pierre : nous pouvons nous demander où elle sera demain. Tandis qu'un baiser et un événement. Se demander où se trouvera le baiser demain n'a pas de sens. Le monde est fait de réseaux de baisers, pas de pierres."

Carlo Rovelli, L'ordre du temps, Flammarion 2018
Carlo Rovelli est physicien et un des chefs de file de la gravité quantique à boucles

------

mercredi 11 avril 2018

Le chemin avec un maître par Christophe Massin


Christophe Massin, psychothérapeute et praticien en lying

par Ingrid Bauer

Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde,
mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même.
Mahatma Gandhi

Chassé croisé avec : Christophe Massin, psychiatre psychothérapeute et praticien en Lying

Christophe Massin, 64 ans, est psychiatre, dans sa pratique de la psychothérapie il s’inspire de la spiritualité indienne, et plus particulièrement du courant non-dualiste dont l’enseignement central est l’acceptation de ce qui est, avec un travail particulier sur les émotions, le lying (Swami Prajnanpad et les Lyings, La Table Ronde, Souffrir ou aimer : la transformation de l’émotion, Odile Jacob, Une vie en confiance, Odile Jacob). Il a travaillé dans le champ de la psychologie périnatale (Le bébé et l’amour, Aubier, Vous qui donnez la vie, Aubier), dans le champ des risques psychosociaux professionnels (Réussir sans se détruire, Albin Michel, L’enjeu : soigner sans s’épuiser, Doin, avec Isabelle Sauvegrain).
Kesako le lying? Le lying a été développé par le grand maître spirituel indien, Swami Prajnanpad. Il s’agit d’une méthode d’introspection, qui permet, en s’allongeant et en s’ouvrant à son ressenti, de faire l’expérience qu’une émotion totalement acceptée cesse d’être douloureuse. Découvrir en soi un niveau de conscience complètement libre des souffrances. Pour Swami Prajnanpad il ne s’agissait pas d’une technique spéciale mais d’un lâcher-prise où l’on ose être pleinement dans sa vérité. Parmi ses disciples, le couple Arnaud et Denise Desjardins. A la suite de leur maître, ils ont transmis leur expérience ; pour Arnaud, dans l’ashram qu’il a fondé en Ardèche, “les Amis d’Hauteville“,  afin de guider ses élèves sur la voie spirituelle.

INTERVIEW « DU COTE DE CHEZ PROUST ».

1 – PRINCIPAUX TRAITS DE CARACTERE ? QUALITES ET DEFAUTS?
Tranquille, actif, efficace,sensible, n’aime pas le conflit et l’agitation stressée, le jugement.
2 – TON OCCUPATION PREFEREE ?
Jouer du piano et nager dans la mer, être avec mes proches.
3- TON REVE DE BONHEUR ?
Etre dans une joie sans limite et la partager.
4- TA PLUS GRANDE SOUFFRANCE?
Voir la destruction de la planète, de civilisations traditionnelles, de populations civiles par la  guerre, du fait de l’avidité et de l’arrogance et de la violence humaines.
5- TON MANTRA? TON RITUEL POUR REPARER LES VIVANTS ?
Les écouter jusqu’à ce qu’une vérité les concernant m’apparaisse.
6- TES CONSEILS POUR CEUX QUI SOUHAITERAIENT EMBRASSER TON METIER ?
Se connaître, mettre au jour la motivation qui pousse à faire ce métier.
7- TA DESTINATION DE VOYAGE FAVORITE? 3 ADRESSES RECOMMANDABLES? ET POURQUOI ?
Je n’en ai pas spécialement, ce que j’aime c’est découvrir des lieux que je ne connais pas encore, particulièrement la nature sauvage. J’ai adoré les paysages de la Tanzanie, le delta de l’Okavango, le monde himalayen avec sa culture, son peuple et ses montagnes, mais la France continue d’être pour moi une source d’émerveillement par ses paysages et son patrimoine et je me réjouis chaque fois que je découvre un nouveau coin – car derniers temps le Vercors et le Diois.
8- TES AUTEURS FAVORIS ? TON DERNIER LIVRE?
Des textes spirituels contemporains constituent mon fonds de lecture, l’ABC de la sagesse de Swami Prajnanpad est une mine de trésors auquel je reviens souvent, et récemment j’ai aimé l’Adversaire d’Emmanuel Carrère, et j’ai été bouleversé par La guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Alexievitch.
9- CE QUE TU DETESTES PAR-DESSUS TOUT ?
Les tripes mais comme je ne mange plus de viande, tout va bien !
10- UNE RENCONTRE MAGIQUE? RACONTE COMMENT IL OU ELLE A CHANGE TA VIE?
La rencontre avec Arnaud Desjardins à 21 ans : j’ai pu découvrir grâce à lui le monde de la sagesse orientale et des maîtres spirituels tibétains et hindous magnifiques, rayonnants. Cette rencontre a inspiré tous les aspects de mn existence, mon orientation et ma pratique professionnelle, ma vie personnelle puisque j’ai épousé sa fille et bien sûr mon cheminement spirituel jusqu’à aujourd’hui.
11- QUI AURAIS TU AIME RENCONTRER DANS LE MONDE DE L’INVISIBLE?
Des figures de la spiritualité, Jésus, Socrate, le Bouddha et certains maîtres comme celui d’Arnaud, Swami Prajnanpad.
12- SI TU AVAIS UN DON DE LA NATURE, LEQUEL SOUHAITERAIS TU AVOIR?
Voler dans les airs.
13- QUELLE PHRASE TU DIRAIS DEVANT DIEU, AVANT D’ENTRER AU PARADIS? (TRIBUTE TO PIVOT)
Enfin !
QUESTION SUBSIDIAIRE : COMMENT CONTRIBUES TU A AUGMENTER LE BONHEUR INTERIEUR BRUT HUMAIN?
TON LEITMOTIV?
Aider la personne à se réconcilier avec elle-même, en cessant de se juger et de se comparer, en acceptant ses blessures ses manques et ses imperfections, en l’aidant à découvrir ses aspirations profondes, et à oser s’affranchir de ses dépendances pour être pleinement elle-même.

*****

mardi 10 avril 2018

Devenir... Printemps



------------------


C'est à Dunkerque ! Une semaine presque phytospirituelle...



Je vous partage mon travail depuis le mois d'octobre et j'espère pouvoir rencontrer Matthieu Labonne , Lamya Essemlali et Domique Dalcan qui seront au marché du végétal de Dunkerque ce week-end.